Un cerf, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Le sanctuaire des cerfs

Me voici à nouveau sur la route, accompagné pour un temps de mon frère Alexis, en direction de la New Forest. Comme mentionné dans mon premier billet, la New Forest est une immense réserve naturelle se trouvant à l’Ouest de Southampton. Il y a près d’un millénaire de cela, Guillaume Le Conquérant fit de la New Forest une forêt royale et lieu de chasse privée. Ceci signifie que la forêt appartient à la famille royale. Mon guide m’explique par ailleurs qu’une sorte de système féodal est encore d’application de nos jours. Par exemple, le Lord Montagu percevrait encore des redevances de ses sujets locaux. Les anglais me semblent quelques fois vivre au Moyen-Âge…

Mais voilà que nous arrivons à Lyndhurst, qui se trouve pile au centre de la forêt ! Le temps pour nous d’acheter quelques cartes de randonnée en vue de nous rendre à Minstead, quelques kilomètres plus au Nord. C’est en effet dans ce hameau qu’est enterré Sir Arthur Conan Doyle, le père littéraire de Sherlock Holmes. Mais avant de quitter la ville, nous apprenons que c’est précisément ici, à Lyndhurst, qu’est enterrée Alice Liddell, la petite fille qui inspira à Lewis Caroll « Alice au pays des merveilles ». Fait amusant, la tombe est recouverte de rosiers rouges et blancs, certainement un clin d’œil au livre.

La tombe d'Alice Liddell, couverte de roses rouges et blanches — CC-BY-SA, HgO

La tombe d’Alice Liddell, couverte de roses rouges et blanches — CC-BY-SA, HgO

Nous ne tardons pas à croiser le chemin de chevaux se promenant en totale liberté au milieu de la route. Les bêtes ne semblent pas du tout craintives à notre approche. En fait, ils décident plutôt de nous ignorer, préférant brouter l’herbe aux abords de la route. Mais une chose est sûre : les habitants de la région n’ont visiblement pas besoin de jardinier. Sur le chemin, nous croiserons encore quelques chevaux, vaches et veaux, avant d’arriver à destination.

Cheval se promenant dans les rues de Lyndhurst, New Forest — CC-BY-SA, HgO

Cheval déambulant dans les rues de Lyndhurst, New Forest — CC-BY-SA, HgO

Cheval tondant la pelouse du voisinage de Lyndhurst — CC-BY-SA, HgO

Cheval tondant la pelouse du voisinage de Lyndhurst — CC-BY-SA, HgO

À Minstead, nous nous dirigeons directement vers le cimetière, à la recherche de la tombe du célèbre auteur. Nous la trouvons sans peine : c’est celle faisant face à un chêne centenaire. Sur la stèle y figure l’inscription : « Steel True, Blade Straight », que l’on peut traduire par « Vrai comme l’Acier, Droit comme une Lame ». En outre, une pipe y est déposée, ce qui rappelle bien évidemment le célèbre détective Sherlock Holmes.

Je ne vais pas vous raconter l’histoire de Conan Doyle, parce que je ne suis pas expert en la matière et surtout car cela risquerait d’être assez long. Ce qu’il faut savoir, principalement, est qu’il a passé une bonne partie de sa jeunesse à Édimbourg. Plus tard, il s’installera à Portsmouth en tant que médecin. Cependant, son cabinet n’étant pas très fréquenté, il se met à écrire en attendant les patients — alors que d’habitude ce sont les patients qui attendent, pas l’inverse. Il y écrira notamment les deux premières nouvelles des aventures de Sherlock Holmes, à savoir Une étude en rouge et Le signe des quatre.  Un musée propose d’ailleurs une exposition sur l’écrivain et son œuvre à Portsmouth. Mais je m’égare.

Fait intéressant, Conan Doyle n’appréciait pas tellement son œuvre la plus célèbre. Non seulement il ne la trouvait pas d’une grande qualité littéraire, mais elle obscurcissait également le reste de sa carrière. Concernant Sherlock Holmes, le personnage prit une ampleur mondiale, à tel point que beaucoup pensaient qu’il existait réellement. Ainsi, Conan Doyle recevait-il régulièrement des lettres demandant au grand détective de venir résoudre telle enquête. Finalement, l’écrivain décida de mettre fin à tout cela en tuant Sherlock Holmes dans Le dernier problème. Mais, il céda à la pression de ses fans, et dix ans plus tard, Sherlock Holmes « ressuscita » dans La maison vide.  À noter finalement, mais j’y reviendrai probablement dans un prochain article, que la communauté de fans autour de Sherlock Holmes constitue très certainement l’un des premiers et des plus importants fandoms au monde, engendrant quantités de fanfictions. On pourrait très aisément comparer l’ampleur du phénomène à celui de Harry Potter, par exemple.

Tombe de Sir Arthur Conan Doyle, cimetière de Minstead — CC-BY-SA, HgO

Tombe de Sir Arthur Conan Doyle, cimetière de Minstead — CC-BY-SA, HgO

Tombe de Sir Arthur Conan Doyle, vue de près — CC-BY-SA, Alexis

Tombe de Sir Arthur Conan Doyle, vue de près — CC-BY-SA, Alexis

Nous décidons de profiter du calme qu’offre le cimetière pour casser la croute face aux morts. Fort heureusement, nous avons emporté avec nous du « pain de nain ». Pour ceux qui ne connaissent pas, le pain de nain est un met délicat et raffiné permettant aux voyageurs de tenir plusieurs jours sans manger. Enfin, disons qu’une bouchée suffit à donner suffisamment d’endurance pour ne plus en manger pendant plusieurs jours, dans l’espoir de trouver autres choses ailleurs. Une chaussure, par exemple. En outre, le pain de nain étant extrêmement compact — il peut être utilisé comme arme de jet, notamment — un litre d’eau suffit à remplir l’estomac. Bref, le pain de nain est décidément une ressource indispensable à tout voyageur sain d’esprit, ou qui croit le rester.

En Angleterre, vous le trouverez facilement sous l’appellation de « Sultana Scones » (traduire par « Pain de Nain » donc, puisque Scone signifie « Petit pain salé » et Sultana « Nain », vraisemblablement. Ceci dit, je ne sais pas si « Petit Pain de Nain » serait un pléonasme, mais… Soit). Bien que ressemblant à un biscuit — de par sa compacité — il est vendu au rayon Boulangerie de tout bon supermarché. Malheureusement, je ne pense pas que vous recevrez une réduction si vous montrez cet article aux vendeurs. Mais vous pouvez toujours essayer, sait-on jamais (Puis, ça me ferait de la pub, et je ne cracherais pas là-dessus).

Selfie de mon pain de nain — CC-BY-SA, HgO

Selfie de mon pain de nain — CC-BY-SA, HgO

L’estomac définitivement rempli, nous repartons tant bien que mal pour une promenade dans la forêt. Alexis a remarqué un endroit appelé le « Sanctuaire des Cerfs » sur la carte, et désire absolument y aller, malgré la distance. En chemin, nous effectuons divers paris sur ce que pourrait être ce lieu, le plus probable étant soit — selon Alexis — un temple dédié aux Cerfs (comme dans Princesse Mononoké), soit — selon moi — un cimetière de cerfs (comme dans le Roi Lion, sauf que là c’est un cimetière d’éléphants).

Toujours est-il que nous arrivons finalement au lieu-dit. Sur place, ni dieux, ni morts, mais une sorte de réserve de cerfs. Entendez par là qu’il s’agit de cerfs en semi-liberté, en train de manger tranquillement sous le regard niais des touristes. Nous en profitons donc pour prendre quelques rafales de photos, sans cacher quelque peu notre déception respective.

Troupeau de cerfs, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Troupeau de cerfs, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Cerf se sustentant, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Cerf se sustentant, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Un cerf, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Un cerf, New Forest — CC-BY-SA, HgO & Alexis

Sur le retour, nous décidons de ramasser quelques mûres dans le but d’en faire un crumble. Il faut dire que les routes sont en effet bordées de bosquets de ronces par dizaines. J’essaierai de publier la recette du crumble dès que possible. Vous verrez, c’est pas compliqué du tout.


Voilà donc pour le Sanctuaire des Cerfs de la New Forest. Je vous ai préparé une petite galerie photo en fin d’article. La plupart des photos que vous venez de voir y sont bien entendu présentes, mais pas toutes. Les photos du Sanctuaire, plus nombreuses, ne pouvaient malheureusement pas toutes s’insérer dans l’article.

N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et critiques, et si vous aimez ce genre d’article, dites-le moi ! Cela me fera plaisir et m’encouragera à en écrire d’autres de la sorte. Aussi, j’ai installé un bouton Flattr dernièrement. Si vous ne savez pas ce que c’est, je vous invite à lire ou écouter Greg qui explique ça très bien. Et si vous désirez m’aider à m’acheter des patates, un petit Flattr sera le bienvenu ! (Notez que les pommes de terre ne coutent pas plus de 0.50 €/kg, c’est donc tout à fait jouable)

J’essaierai d’écrire un peu plus souvent, mais la rentrée scolaire et d’autres problèmes plus personnels ont fait que je ne parvenais plus écrire. Le fait est que les évènements relatés dans cet article se sont passés il y a près de deux mois maintenant, et j’en ai encore d’autres en tête datant de la même période. Je vais donc trouver un moyen de les intégrer en essayant d’éviter d’accumuler trop de retard sur mon quotidien. J’aimerais en effet pouvoir raconter mon expérience à l’université, et faire un petit retour sur les premières semaines de cours, sur mon ressenti d’être un étudiant Erasmus loin de chez soi, etc.

Un magnifique cheval — CC-BY-SA, HgO

Un magnifique cheval — CC-BY-SA, HgO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *