Voyageur

La traversée

J’ai toujours rêvé de voyager, de partir découvrir le monde. J’avais même appris l’espéranto pendant quelques mois, dans l’espoir de peut-être rencontrer des gens de toutes les cultures. Hélas, je me rendais compte qu’apprendre une langue en autodidacte n’est pas chose aisée. En outre, j’avais négligé le fait que la majorité des gens ne connaissent pas ou ont des à priori sur cette langue, ce qui n’aide pas à la pratiquer. Au final, il s’avère que vouloir apprendre l’espéranto relève plus du combat idéologique qu’autre chose. Et c’est dommage.

Depuis que j’ai découvert internet, je rêvais de tenir un blog et d’écrire, et montrer que j’existe. Mais pas n’importe quel blog : un blog que j’aurais créé, programmé de mes petites mains. Dès que j’avais du temps libre, je codais. J’apprenais et programmais presque toute la journée, mais sans jamais être content du résultat. Lassé, et épuisé par les cours à l’unif, je finis par abandonner l’idée.

Aujourd’hui, d’une façon assez brutale et d’une manière que je n’aurais jamais imaginée, ces deux rêves se matérialisent.

Le second, d’abord. Vous y êtes. Mon blog. L’idée de l’ouvrir m’est surgie en voyant Le Greg écrivant constamment pour réaliser ses rêves. Mais, le temps me manquant, j’ai décidé de rabaisser mes ambitions. Et me voilà donc à ouvrir un blog WordPress, que l’on ne présente plus, plutôt qu’à le créer de toute pièce. Pour le reste, vous trouverez de plus amples informations sur moi et ce blog dans la rubrique Qu’est-ce ?

Ensuite, le premier. Durant un an, je vais expérimenter un Erasmus en Angleterre, à Southampton. Je me sens un peu comme Darwin entamant son voyage à bord du Beagle. J’ai le sentiment que cette expérience va me changer d’une manière que je ne peux soupçonner. Mais d’un autre côté, je nage dans l’inconnu, et je tente de ne pas me noyer dans la peur. En effet, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de me débrouiller seul, et pour la première fois je vais partir à la recherche d’un appartement. Un endroit où je devrais me sentir chez moi pendant un an. J’ai peur de faire des erreurs, tout en sachant très bien que c’est un des meilleurs moyens pour apprendre.

Le débarquement

Note: La recherche d’un appartement a un peu retardé la sortie de cet article. La première partie aurait dû paraître il y a de cela deux semaines. Je ne l’ai pas tellement modifiée depuis, ainsi révèle-t-elle assez fidèlement mes impressions une semaine avant le départ. Quoiqu’il en soit, j’en profite donc pour rapporter mon ressenti du moment, puisque cela fait déjà une semaine que je suis sur place.

Chercher un appartement était plus épuisant que prévu, mais j’ai fini par trouver quelque chose de correct. Je ne sais pas si je l’ai bien choisi, car j’ai vraiment hésité entre quelques maisons, et beaucoup de paramètres entraient en compte. Au final, c’est une petite maison sans prétentions, avec quelques « mauvaises » surprises, mais je suppose que c’est ce qui fait le charme des recherches d’appartements. Entendez par là que je ferai plus attention la prochaine fois.

Pour ce qui est de mes craintes, la plupart ce sont envolées. Je pensais que vivre seul serait plus difficile, voire ennuyeux, mais pour l’instant je me débrouille assez bien je pense.

La ville, Southampton, est industrielle en son centre, mais une fois qu’on s’en éloigne, les quartiers se font plus paisibles. À part le port — celui qui a vu partir le tristement célèbre Titanic pour son premier et dernier voyage — et deux-trois bâtiments qui ont survécu miraculeusement aux bombardiers allemands, il n’y a pas grand chose à voir. Aux abords de l’unif se trouve un immense parc que je n’ai fait qu’effleurer pour le moment. Un autre parc proche du centre permet également d’oublier la laideur de ce dernier. L’université est ultra moderne et très bien desservie en bus, bien que je n’ai fait que la traverser pour le moment.

Aux alentours de Southampton se trouve à l’Ouest la New Forest, réserve naturelle où est enterré Sir Arthur Conan Doyle, père du très célèbre Sherlock Holmes. Au Sud, l’île de Wight célèbre pour son festival hippie dans les années 70, héberge et hébergea des personnalités importantes : la reine Victoria y fit même construire une résidence et y mourut en 1901. Par ailleurs, Michel Depech en fit une chanson assez connue, et les Beatles rêvaient d’y passer leurs vieux jours. Ensuite, plus au Nord se trouvent Winchester, Salisbury et Stonehenge. Enfin, à l’Est se trouvent Portsmouth — l’un des ports qui permirent le Débarquement — et Portchester — lieu de naissance de l’écrivain Neil Gaiman.

Prochainement

Pour le moment, je me suis surtout baladé — ou perdu, c’est selon — un peu partout dans la ville. Je ferai probablement les alentours de Southampton dans les prochains jours, avant que les cours ne commencent et que le mauvais temps ne se montre.

Pour ce qui est des articles du blog, je dois encore voir quel rythme me conviendra au mieux. Probablement un toutes les deux semaines au début, puis sans doute moins fréquemment. Je compte également faire des articles un peu moins longs, celui-ci étant une exception vu que c’est le premier et qu’il regroupe deux articles en un.

J’installerai prochainement un bouton Flattr, vous pourrez ainsi m’encourager dans ma double aventure (Erasmus et blog). N’hésitez pas à me donner des conseils et remarques dans les commentaires, cela me sera plus qu’utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *